clubb barjot

 

LUXE   Jobart Barjot est un club privé parisien , ultra chic et glamour où des femmes influentes s’adonnent à leurs plaisirs. Mlle Liberté vous dévoile les dessous de ces soirées ultra-privées.

 

L’histoire débute comme un conte de fée. Cendrillon a, pour une fois, quitté ses haillons pour chausser de hauts talons et se glisser dans une robe au style french riviera chic, le dress-code indiqué sur le carton d’invitation. Sans marraine fée, pas de carrosse, le métro suffira.

La soirée se déroule dans l’appartement privé d’ Armelle Cohen au cœur du 16e arrondissement. L’hôtesse sait recevoir. Le décor est époustouflant. Un tigre me menace du regard, allongé sur un grand piano noir au milieu du salon. La bête est empaillée, mais d’autres animaux rôdent dans les couloirs. Au plafond d’étranges caïmans ont élu domicile. Mais ce qui fait aujourd’hui l’attraction m’est bien plus familier. Une poule, cette fois bien vivante, caquette au milieu des invitées. La belle emplumée installée dans une cage de verre n’a pas l’air très perturbé par les Smartphones qui la mitraillent de toutes parts. Nous pondra-t-elle un œuf en or au cours de la soirée ?

Chaque pièce de la maison a été investie. Dans la chambre du couple, plongée dans l’obscurité par d’épais rideaux, une voyante tire les cartes. La bibliothèque est transformée en show room où sont vendus des bijoux, des pulls en cachemire. Dans la salle de bain, un tatoueur a installé tout son matériel. Ces très chics femmes auraient-elles quelques vices cachés ? Je constate en effet que notre hôtesse arbore le long de sa cheville un dessin à l’encre noire : un lion couronné auréolé d’étoiles.

Ici règnent les femmes. Seuls quelques hommes sont admis dans le sérail. Dénichés par l’organisatrice, ils révisent leurs fiches. Dans quelques minutes, ils entreront dans l’arène et devront grâce à leur talent oratoire captiver l’attention de ces dames qui picorent et papotent autour du buffet.

Beauté empoisonnée

Pour marquer le début de la cérémonie, Armelle semble avoir instauré un rituel. Chaque soirée débute en effet par un show de quelques minutes qui glorifie non seulement le corps de la femme mais surtout son pouvoir mystérieux. Une brune plantureuse, la belle performeuse Scarlett Diamond s’installe avec volupté dans un fauteuil. Sa peau dévoilée par quelque transparence du tissu est d’un blanc laiteux. Ses lèvres pulpeuses cachent de belles canines.  Enroulée tel un serpent, lentement elle se prélasse et hypnotise discrètement l’assistance par ses vapeurs d’opium. Le silence se fait, la soirée peut commencer.

poule de luxe

Pour cette dernière rencontre qui marque le début de l’été, il sera question d’héritage….attention pas pécuniaire, mais spirituel. Armelle Cohen a déniché dans son carnet d’adresse d’étonnants spécimens dont Xavier Coignaud , ancien moine bouddhiste. En moins de trente minutes, il doit convaincre l’auditoire que nous avons toutes héritées du même don : celui de la clairvoyance. Nul besoin d’être un mage pour le développer, il suffit pour cela d’activer ses glandes pituitaire et pinéale.Les principes théoriques s’enchaînent à une rapidité phénoménale : Karma, chakra, annales akashiques, champ vibratoire…

La face cachée

Une partie de l’assistance a déjà décroché, il est temps de passer aux exercices pratiques. Cinq enveloppes scellées contiennent des photos de célébrités dont il faut deviner l’identité par intuition. Petite concentration rapide, et chacune d’entre nous note ce qu’elle a cru percevoir. Dans la cinquième enveloppe, je ressens de la pureté, de la sainteté. Mon flair habituel a dû être perturbé par les parfums capiteux de ces dames, car l’identité dévoilée n’est pas en odeur de sainteté, il serait plutôt le diable : Hitler en personne.

Pour nous remettre de nos émotions, Armelle nous offre cette fois un voyage musical avec la fabuleuse chanteuse de jazz, Denise King. Sa puissance animale me donne la chair de poule. Mais l’auditoire ne semble pas s’en apercevoir. Autour on papote, on rigole. Dommage. Le troisième candidat aura-t-il plus de chance avec sa conversation coquine et artistique ? Olivier Tibloux nous dévoile l’héritage érotique de Messaline et le secret des nus cachés de Gustave Klimt. Ce dernier avait en effet pour habitudede faire poser ses modèles nus, les jambes écartées et peignait jusque dansles détails anatomiques leur sexe, avant de les recouvrir de riches ornements. Le nombril du monde disparaissait alors sous ses coups de pinceaux.

Richesse intérieure

Hélas Cendrillon sans carrosse, je dois partir avant minuit. Je m’échappe discrètement en remerciant l’hôtesse pour cette soirée étonnante. Petit poussin égaré dans ce drôle de milieu, je ne me suis pas fait dévorer par les lionnes. À peine sans doute se sont elles rendues compte de ma présence. Mais une question persiste, est-ce bien l’insolite, qu’ elles vont chercher à ces soirées ? Pour nourrir leur appétit, ne vaudrait-il mieux pas, elles aussi les égarer ? Car que peut-on faire d’insolite quand on a le monde à ses pieds ? Je souris en repensant à mes descentes souterraines, en les imaginant casques de chantier sur la tête et bottes de caoutchouc aux pieds. Parmi ces belles dames, je suis sûre qu’au moins l’une d’entre elles oserait explorer les ténèbres de la vie parisienne. Celle-là même qui m’a invitée et porte à sa cheville l’emblème du pouvoir et de la liberté de cette nouvelle race féminine.

 

 

Découvrez : Le club Barjot Jobard 

 

Ecoutez : Denise King